Emmanuel Lambotin - La prophétie et sa gestion PDF Imprimer Envoyer

LA PROPHETIE ET SA GESTION

 

LES DONS SPIRITUELS

L’Eglise de Jésus-Christ ne doit pas être dans l’ignorance en ce qui concerne les dons spirituels.

Les Corinthiens manifestaient tous les dons spirituels. Nous le voyons quand nous lisons les épîtres de Paul aux Corinthiens.

- Dieu peut-il nous utiliser dans l’exercice des dons spirituels ?

La prophétie, la parole de sagesse, la parole de connaissance,… ?

- Dieu peut-il aussi nous utiliser pour les dons de puissance ?

Les dons de guérison, le don d’opérer des miracles… ?

 

La réponse est bien sur : Dieu veut nous utiliser encore dans ce siècle présent.

(Hébreux 13 :8)

Mais Il veut aussi nous enseigner sur ces choses. Il nous faut savoir qu’à cause ou sous le prétexte de soi-disant dons spirituels, il peut y avoir des  manipulations, des déviations, des personnes qui utilisent soi-disant le canal prophétique pour tuer, pour détruire, pour manipuler. (L’exemple du Congo Brazzaville)

Il nous faut donc être averti et enseigné. Et ce n’est pas parce que des erreurs ont pu être commises qu’il ne faut pas manifester les dons spirituels, ou alors avoir de la crainte.

Reconnaissons notre besoin d’être enseignés.

 

Paul dit à L’Eglise de Corinthe :

1 Co. 12 :1 «  Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. »

I. Catégories des dons.

1 Corinthiens 12 :7-10 «Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l’interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de Christ. »

Les dons spirituels sont divisés en trois catégories :

 

1. Les dons des langues

a. La diversité des langues

b. L’interprétation des langues

c. La prophétie

2. Les dons de révélation

a. La parole de connaissance

b. La parole de sagesse

c. Le discernement des esprits

 

3. Les dons de puissance

a. La foi

b. Les dons des guérisons

c. Le don d’opérer des miracles

Les Corinthiens avaient tous les dons et manifestaient tous les dons. Non seulement les responsables, mais chacun était appelé à manifester les dons : « à l’un est donné… à l’autre est donné… ».

Dieu veut que nous puissions tous manifester les dons spirituels. Si nous avons reçu, donnons !

Ne cherchons pas à savoir ce que les gens vont dire. Ce qui est important, c’est ce que Dieu veut et pense de nous. Si nous nous trompons les ministères sont là pour gérer.

 

 

II. Qui l’Esprit de Dieu, peut-il utiliser dans l’exercice de tels dons ?

1. Tout membre du corps peut être utilisé (1Cor. 12 :7,11). Aucun membre ne devrait être au repos.

1Cor.1 :7 Dieu utilise qui il veut, quand il veut ; mais pas n’importe comment. Si on se trompe il faut savoir se laisser reprendre.

1Cor. 14 :26 « Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification. »

2. Nous devrions être remplis de l’Esprit (Ep.5 :18) « …Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit »

 

3. Nous devons aspirer à être utilisés dans la voie par excellence

(1Cor.12 :31) « Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence. »

 

4. Nous ne devrions pas être dans l’ignorance en ce qui concerne l’exercice de ces dons (1Cor.12 :1) « Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. »

 

5. Nous devons rechercher les dons spirituels

1Cor.14 :1-6 « Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »

6. Nous devrions être animés d’un amour authentique pour le Corps de Christ (1Cor.13) et d’un désir pur de l’édifier

1Cor.14 :12 « Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »


7. Nous devons aspirer à exceller dans l’exercice des dons (à la perfection) (1Cor.14 :12),

1Thimothee 4 :14-15 « … Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains de l’assemblée des anciens. Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous. »

 

Rappelons-nous la parabole des talents ; certains les ont enfouis. Ce qui est important c’est de donner la parole et d’exercer ce que Dieu nous a donné.

 

 

III. Aspirez aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie.

 

1Corinthiens 14 :1 « Recherchez l’amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »

 

Ce n’est pas parce que nous allons prophétiser tous les dimanches que nous sommes des prophètes.

Le ministère de prophète est un don pour l’édification du corps de Christ, au même titre que le pasteur, l’évangéliste, l’enseignant, le docteur. Ephésiens 4 :11

A. Définition du don de prophétie (1Corinthiens 12 :10)

Traduction du mot prophétie : Le mot grec ‘prophetia’ traduit simplement signifie : « prononcer des mots inspirés, donner le conseil ou la pensée de Dieu ».

Le don de prophétie est l’expression inspirée, dans la langue courante et connue, le

moyen de communication de la pensée de Dieu pour un homme ou un groupe.

C’est une manifestation de l’Esprit de Dieu lui-même, par le moyen d’un canal humain.

 

Selon 1Corinthiens 14 :31 « Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés »

 

Tous les croyants peuvent exercer ce don, au gré de l’Esprit.

Tous peuvent prophétiser, l’un après l’autre ; et pas plus de trois prophéties ne devraient être données au cours d’une même réunion, ou plusieurs possèdent le don et attendent de l’exercer

(1Cor.14 :29-33)

B. Le but d’une parole prophétique

1 Corinthiens 14 :3 définit les buts de ce don dans la Nouvelle Alliance : Il est destiné a

« Édifier, exhorter, consoler » les croyants et l’église.

 

1. L’édification

Edifier : ‘auchodone’ en grec, signifie bâtir, construire, avec une idée d’architecte, de structure.

La prophétie construit l’Eglise, elle donne de l’affermissement aux croyants.

Aider l’auditeur à devenir ferme dans l’amour et dans la foi, dans l’amour et dans le Saint-Esprit. Ceci signifie affermir les croyants.

 


2. L’exhortation

Exhorter : ‘paradesis’ en grec a le sens d’encourager, adresser un appel pressant pour réconforter (et non pour reprocher). La prophétie stimule les croyants, leur donne même des défis.

Pousser le croyant à avancer vers  le but avec un plus grand amour et avec une plus grande activité spirituelle. Pour stimuler les croyants. Pour leur donner un défi.

 

3. La consolation

Consoler : ‘pamoussia’ signifie à l’origine « apporter une huile guérissante, adoucir ; se tenir à coté de quelqu’un ».

La prophétie apporte l’encouragement, la consolation. Apporter la consolation à ceux qui sont épuisés et affligés. Pour  les encourager, les consoler. Souvent, une prophétie comprendra ces trois éléments en même temps.

C. Quelle est la différence entre une prophétie, une parole de connaissance et une parole de sagesse

 

1. Une parole de connaissance (1Cor.12 :8)

a. Définition : Une parole de connaissance révèle un fait précis concernant une personne, un endroit ou un événement, que l’on ne peut connaître de manière naturelle. Elle nous révèle certains faits ou informations par la révélation surnaturelle du Saint-Esprit. Cette information n’était pas connue auparavant par la personne et n’aurait pu être connue par aucun moyen naturel. Elle est donnée de manière surnaturelle. C’est une révélation qui vient de Dieu.

Une parole de connaissance est donnée par la foi et les ministères en place jugent.

 

b. Exemples dans les Ecritures

* Dans le ministère de Jésus.

  • Jésus connaissait certains faits au sujet de Nathanaël avant même de l’avoir jamais

rencontré. (Jn. 1 :47-50)

  • Jésus connaissait beaucoup de choses concernant la femme Samaritaine bien qu’il ne

l’ait jamais rencontrée auparavant. (Jn. 4 :18-20) Elle était émerveillée de l’exactitude des informations que lui donnait Jésus au sujet de sa vie passée. Cette parole de connaissance suscita finalement un grand réveil.

 

* L’exemple tiré de l’Ancien Testament.

 

Dans 2 Samuel 12 :1-14, Dieu révèle à Nathan certains faits et détails concernant la transgression de David.

 

2. Une Parole de Sagesse (1Cor.12 :8)

 

Ce don se trouve en tête de liste à cause de son importance.

Il nous permet de parler et d’agir avec la sagesse divine et assure de ce fait l’utilisation et l’application correctes des autres dons.

Lorsque la parole de sagesse manque, les autres dons peuvent être utilisés de manière erronée, ce qui cause beaucoup de confusion et de dégâts.

 


a. Définition :

Une parole de sagesse est une révélation divine de la volonté, des plans et des desseins de Dieu pour une situation spécifique. Elle fournit à un individu la sagesse immédiate pour savoir ce qu’il faut dire ou faire dans une situation donnée.

Une parole de sagesse est souvent par nature directive, car elle contient une révélation prophétique sur la conduite à tenir dans une situation précise.

Dieu donne souvent la parole de sagesse en même temps que la parole de connaissance afin que les croyants puissent savoir comment appliquer de manière correcte la parole de connaissance. Dieu révéla à Ananias l’endroit où se trouvait Paul et sa condition par la Parole de connaissance. Dieu lui montra aussi, par la Parole de sagesse ce qu’il fallait faire dans cette condition difficile.

- Remarque importante : c’est une parole (logos) de sagesse et non pas le don de sagesse.

- La parole de sagesse a un impact émotionnel moins fort qu’une parole de connaissance, mais elle semble plus ‘utile’ car elle nous donne un éclairage divin sur ce que nous sommes supposés faire.

 

b. Quelques exemples bibliques :

Jean 8 :3-11 : Les scribes et les Pharisiens essayèrent à nouveau de prendre Jésus au piège, mais Ses mots de sagesse et Sa façon d’aborder la situation confondirent Ses adversaires.

Nous trouvons dans l’Ancien Testament un récit dans lequel nous voyons Dieu manifester Sa sagesse au travers du roi Salomon, le fils de David : 1Rois.3 :16-28

 

c. Dans l’Eglise primitive :

Ananias reçut des informations spécifiques et détaillées concernant Saul, qu’il n’avait jamais rencontré avant. Il connaissait exactement la rue et la maison où se trouvait Saul. Il savait que Saul était en train de prier, et que lorsque lui, Ananias, lui imposerait les mains, Saul recouvrerait la vue (Actes. 9 :10-20)

Actes 27 :10 Paul donne un exemple d’une parole de sagesse. Avant d’embarquer sur un bateau, Dieu l’avertit qu’il n’arrivera pas à bon port, car il y aura des difficultés. Les marins devaient rester sur le bateau, cette dernière révélation est une parole de sagesse. Il ne s’agissait pas d’une simple information sur ce qui était arrivé ou sur ce qui devait arriver. C’était une révélation sur ce qu’ils étaient supposés faire. Ceci est l’essence même d’une parole de sagesse.

 

d. Remarque :

La Parole de Sagesse est promise à tous les disciples de Christ.

 

Luc21 :14-15 «  Mettez-vous donc dans l’esprit de ne pas préméditer votre défense ; car je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront résister ou contredire »

D. Trois conceptions erronées concernant la prophétie

 

1) la prophétie ne doit pas être confondue avec la prédication.

Beaucoup de gens aujourd’hui pensent que le don de prophétie est la capacité de bien prêcher.

Toutefois, la prédication et l’enseignement sont en général le résultat d’une méditation de la Parole de Dieu dans la prière. En faisant une prédication soigneuse dans son Esprit, le prédicateur peut aider les gens à comprendre la Parole de Dieu. En contraste, le don de prophétie n’est pas le résultat d’une étude soigneuse. C’est une expression spontanée de l’Esprit.

 


2) le don de prophétie n’a pas pour but la prédiction de l’avenir.

 

Ce don a pour but l’édification, l’exhortation et la consolation, et non pas la prédiction d’événements futurs (1 Cor. 14 :3).

Quand un élément de prédication est contenu dans la prophétie, c’est en général parce qu’un autre don (la parole de sagesse ou la parole de connaissance) fonctionne en même temps.

 

3) La prophétie n’a pas pour but de donner une direction personnelle.

Exemple de Paul et Barnabas (Actes 13.)

Si nous avons besoin de direction personnelle, nous devrions en faire la demande à Jésus.

(Jac. 1 : 5) « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée ».

Nous pouvons chercher une telle direction dans la Parole de Dieu, la Bible.

 

  • Si une parole prophétique nous vient avec des instructions pour l’avenir, ce doit

être seulement pour confirmer ce que Dieu nous a déjà montré personnellement.

(Esaie 30 :21)

E. Enseignements  bibliques  sur le don de  la prophétie

 

1) Elle a pour but de parler à l’homme de manière surnaturelle (1Cor.14 :3). Elle apporte la pensée du Seigneur à l’Eglise. Le prophète parle aux croyants au nom de Dieu afin qu’ils soient édifiés, exhortés et consolés.

 

2) La prophétie n’a pas besoin d’interprétation. Ce n’est pas le don des langues. Il ne faut pas laisser tomber à terre les paroles d’une prophétie.

 

3) La prophétie peut convaincre le non croyant. (1Cor.14 :15-16).

Par le fonctionnement du don de la prophétie, l’inconverti sera :

- convaincu par tous.

- jugé par tous.

- les secrets de son cœur seront dévoilés.

- tombera devant Dieu dans l’humilité.

- reconnaitra que Dieu est vraiment parmi vous.

- adorera Dieu.

4) La prophétie opère pour l’instruction des croyants. (1Cor.14 :31).

C’est l’instruction se rapportant aux vérités spirituelles, par l’onction du Saint-Esprit. De tels enseignements doivent êtres éprouvés par la Parole de Dieu avant d’être acceptés. Ce verset signifie aussi que les nouveaux convertis peuvent apprendre comment se servir du don de la prophétie. Il devrait y avoir des réunions pour étudiants, tout comme il y avait « des écoles pour prophètes » dans l’Ancien Testament.

 

5) Tous devraient aspirer à ce don (1Cor.14 :1,39).

Par l’exercice de ce don, Dieu peut nous utiliser pour encourager son peuple. C’est l’Esprit de Dieu qui parle à l’Eglise au travers d’hommes et de femmes, d’enfants. Il peut se servir de chacun d’entre nous.

 


6) La personne exerçant le don est responsable de la bonne ou mauvaise utilisation qu’elle en fait.

(1Cor. 14 :32). « Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes. »

La prophétie n’est PAS une expression non contrôlée. Elle ne se trouve pas non plus dans un état de transe pas plus que sous le contrôle d’aucune espèce d’intelligence. La personne qui prophétise ne dit ni ne fait quoi que ce soit contre sa volonté. Le don de la prophétie est soumis au prophète. C’est le prophète qui parle, au nom de Dieu, et le prophète possède à tout moment le contrôle de ce qu’il dit.

Je suis libre de donner ou de ne pas donner une prophétie. L’Esprit de Dieu est soumis à celui qui prophétise.

 

7) L’élément humain étant faillible, la prophétie doit-être évaluée. (1Cor. 14 :29 )

 

Deutéronome 18 :20-22 : « Mais le prophète qui aura l’audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d’autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort. Peut-être diras-tu dans ton cœur: Comment connaîtrons-nous la parole que l’Eternel n’aura point dite? Quand ce que dira le prophète n’aura pas lieu et n’arrivera pas, ce sera une parole que l’Eternel n’aura point dite. C’est par audace que le prophète l’aura dite: n’aie pas peur de lui. »

 

Jérémie 14 :14-15 : « Et l’Eternel me dit: C’est le mensonge que prophétisent en mon nom les prophètes; je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d’ordre, je ne leur ai point parlé; ce sont des visions mensongères, de vaines prédictions, des tromperies de leur cœur, qu’ils vous prophétisent. C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel sur les prophètes qui prophétisent en mon nom, sans que je les aie envoyés, et qui disent: Il n’y aura dans ce pays ni épée ni famine: Ces prophètes périront par l’épée et par la famine. »

 

Jérémie 23 :30 « Voici, dit l’Eternel, j’en veux aux prophètes qui prennent leur propre parole et la donnent pour ma parole. »  (Voir « comment juger une prophétie »)

8) Comment évaluer une prophétie ?

 

Elle ne contredit jamais les Ecritures. Toute prophétie devrait être éprouvée par la Parole de Dieu. Dieu ne vous dira jamais, par la prophétie, de faire quelque chose qu’Il défend dans Sa Parole.

Elle exalte toujours Jésus-Christ, et ne Le dénigre jamais

Elle édifie, exhorte et console les croyants.

-    La prophétie ne plonge pas les croyants dans la confusion, l’incertitude ou le désarroi.

Elle devrait « témoigner » avec la présence de la majorité des croyants. Spécialement des plus matures qui sont souvent utilisés dans le fonctionnement des dons vocaux.

 

Elle ne contredit jamais l’esprit de la réunion, bien qu’elle puisse en changer le cours.

S’il y a un élément de prédiction, celle-ci se  réalisera.

Le « test des fruits ». (Mt. 7 :16).

 

Parlant des faux prophètes, Jésus a déclaré : « vous les reconnaîtrez à leurs fruits ». Nous devrons rejeter toute prétendue prophétie venant de quelqu’un dont la vie et les pratiques sont en opprobre à cause de Christ.

 


9) Comment prophétiser ?

 

Soyez détendus. Ne soyez pas nerveux. Gardez votre esprit ouvert à la voix du Seigneur.

Lorsque vous sentez la poussée de l’Esprit dans votre esprit, désirez résolument être son canal pour Dieu.

Rappelez-vous que le don opère par la foi. Commencez à dire ce que vous dicte Dieu. Pendant que vous parlez, comptez tranquillement sur Dieu pour vous donner le reste du message.

Ne prophétisez pas au-delà de l’analogie de votre foi (Ro.12 :6).

Soyez prêt à discerner le moment où l’Esprit a fini de parler, et arrêtez-vous !

 

 

IV. Apprendre à juger la prophétie

A. La prophétie est-elle toujours parfaite ?

Nous lisons dans 1Cor.13 :9-10 : « Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaitra. »

 

La Parole enseigne que la prophétie est une condition imparfaite et « partielle ».

Nous lisons aussi dans 1Thessaloniciens 5 :20-21 : « Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon. »

La Parole de Dieu nous demande de ne pas mépriser la prophétie, c’est un commandement direct.

Mais les paroles qui suivent, « retenez ce qui est bon », indique clairement que certaines paroles ne seront pas bonnes, et devrons alors être rejetées.

- Nous ne devons pas mépriser le don ni son opération. Mais nous devons être capables de reconnaitre les instruments imparfaits à travers lesquels il opère.

- Alors, la prophétie doit être soigneusement éprouvée et évaluée avant d’être acceptée comme une parole vraie et précise, en provenance de l’Esprit de Dieu.

Dieu nous a donné la sagesse pour discerner si la prophétie vient de Dieu ou non.

B.  Quels sont les domaines établis de la prophétie ?

1Corinthiens 14 :3 : « Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console ».

 

Voici les trois domaines communs de la prophétie où le novice peut pratiquer son don avec humilité et sans craintes, mais avec un esprit pieux : pour l’édification, l’exhortation et la consolation.

1Corinthiens 14 :31 : « Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés ».

 

Il y a apparemment quelque chose à apprendre. Une personne qui est en tain d’apprendre fera certainement des erreurs, mais ses erreurs ne doivent pas devenir des pierres d’achoppement pour ceux qui désirent suivre le Seigneur.

 

 


C. La prophétie peut-elle condamner?

Jean 3 :17 « Dieu, en effet, n’a pas envoyé sont Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. »

Romains 8 :1 : « Il n’y a donc maintenant  aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. »

 

Quand la condamnation remplace la consolation, on devrait rejeter la prophétie.

Romains 8 :34 : « Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, Il est ressuscité, Il est à la droite de Dieu, et Il intercède pour nous. »

Il a porté toutes nos condamnations sur la croix.

Une prophétie qui condamne ne peut jamais être l’œuvre du Saint-Esprit.

 

L’Esprit peut reprendre, exhorter et corriger ; mais Il accomplit toujours ces actions avec tendresse, en influençant toujours avec amour la personne à se repentir.

 

Quelquefois, Il nous montre la manière de sortir du problème. Le Saint-Esprit ne nous laisse jamais dans l’abîme du désespoir et de la condamnation, sans miséricorde ou espoir pour nous remettre au tendre amour du Seigneur, qui nous pardonne toujours.

De telles prophéties qui condamnent sont souvent très sévères et troublantes pour les auditeurs. Elles devraient êtres reconnues comme étant en provenance d’un esprit autre que l’Esprit de Christ.

D. Quand devrait-on exercer de la prudence ?

Il y a trois autres domaines de la prophétie qui peuvent plus facilement nous décevoir. Nous devons être prudents à cause de leur nature.

 

1). Quand c’est une parole de connaissance

« Les secrets de sont cœur sont dévoilés, de telles sorte que, tombant sur sa face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous » (1Cor.14 :25).

C’est l’opération du don de connaissance.

 

2). Quand c’est une prédiction

Une prédiction de choses à venir, qui est aussi l’opération du don de connaissance.

 

3). Quand c’est une direction

Ici, nous observons l’opération du don de sagesse.

Puisqu’une mauvaise direction est une des choses qui peut causer le plus grand problème dans la vie des enfants de Dieu, c’est ici que les mauvais esprits essaient d’avoir le plus d’efficacité.

1Samuel 10 :1-10 nous montre clairement l’opération de ces trois domaines de la prophétie.

Premièrement, Samuel révéla le secret du cœur de Saül lorsqu’il cherchait les ânes perdus.

Il lui donna ensuite une parole de prédiction.

 

 

Trois signes qui s’accompliraient :

Saül rencontreraient deux hommes qui lui diront : « les ânes ont été trouvés »

Il rencontrerait ensuite trois hommes avec trois ânons, trois pains et une bouteille de vin. Ils lui donneront deux pains.

Ensuite, Saul rencontrerait un groupe de prophètes sortant du lieu d’adoration avec un psautier, un tambourin, une flute et une harpe, et ils prophétiseront.

L’Esprit du Seigneur descendrait sur Saül et il prophétiserait aussi.

Tous ces signes furent accomplis. Ils furent suivis par l’obéissance à la direction que Samuel avait donnée :

1 Samuel 10 :7 : « Lorsque ces signes auront eu pour toi leur accomplissement, fais ce que tu trouveras à faire, car Dieu est avec toi. »

E. Est-ce que la prophétie aide toujours ?

Plusieurs vies ont été blessées et confuses par un mauvais emploi de la prophétie.

Mais la Parole déclare : « Ne méprisez pas les prophéties » (1Th. 5 :20).

 

C’est à nous de découvrir le sentier qui mène au sommet de cette merveilleuse montagne. Il y a beaucoup de bienfaits engendrés par le don de la prophétie. Il n’est pas étonnant que l’ennemi essaie de décevoir et de noircir cette merveilleuse œuvre de Dieu.

 

F. Qu’est-ce qui est révélé par notre réaction à la prophétie ?

Si la prophétie personnelle révèle un important ministère futur, et que notre orgueil est enflé par cette révélation, ceci fait preuve qu’il y a quelque chose qui n’est pas bien dans notre cœur. Il y a de l’orgueil. « L’arrogance précède la ruine, et l’orgueil précède la chute. »

(Pr. 16 :18). Nous devons faire appel au Seigneur pour nous délivrer de cette chose.

Mais par ailleurs, quand la prophétie personnelle révèle un important ministère et que ceci nous porte à tomber aux pieds du Seigneur avec humilité, cette prophétie peut-être une aide et une réelle bénédiction.

 

Quand le Seigneur prononça une parole prophétique pour Saul sur la route de Damas, Saul jeuna et pria pendant trois jours

(Actes. 9 :3-11 ; 26 :13-18). Une condition de cœur humiliée est toujours celle qui assure la plus grande sécurité. Satan a dit : « … Je monterai au ciel… » (Es. 14 :13). L’ascension est toujours la direction prise par Satan.

Jésus a commencé par descendre (Ep. 4 :9) ; comme résultat, Son Père l’a exalté. Jésus est toujours descendu (Ph. 2 :7-8).

« Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Mat. 11 :29).

 

 


G. Qui devrait confirmer la prophétie ?

« Toute affaire se réglera sur la déclaration de deux ou de trois témoins » (2Cor. 13 :1). La loi de confirmation est une nécessité importante en ce qui a trait au jugement et à la confirmation de la parole prophétique. Dieu est toujours prêt à confirmer Sa Parole, même par des signes et des miracles.

Aucune importante parole prophétique, surtout celle qui à une implication à la direction que notre vie doit suivre, ne devrait être acceptée sans une complète confirmation comme suit :

 

1. Par ceux qui ne connaissent pas la prophétie en question

2. Par les Saintes Ecriture

3. Par une autre parole en provenance de Dieu.

Actes 13 :2 « Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. »

Le verset illustre la prophétie en train de confirmer ce que Dieu a dit. Le temps employé pour le verbe est le passé, ceci indique qu’il avait reçu une parole antérieure concernant le même sujet.

 

 

H. Qui devrait juger la prophétie ?

La prophétie devrait être ouvertement jugée par ceux qui sont établis comme prophètes et hommes de Dieu. Nous avons reçu l’avertissement suivant : « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tous esprit ; mais éprouvez les esprits pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. » (1Jean.4 :1)

La Bible déclare : « Pour ce qui est des prophéties, que deux ou trois parlent les autres jugent. » (1Cor.14 :29)

Il est alors entendu que celui qui ne possède pas ou qui ne se sert pas du don de prophétie, n’est pas qualifié, sauf pour les preuves que nous venons déjà de mentionnées et la Parole écrite. Mais l’esprit de la déclaration doit-être laissé au jugement de ceux qui sont qualifiés dans le domaine de la prophétie.

I. Quand devrait-on rejeter la prophétie ?

Nous devons toujours être sur nos gardes quand un individu refuse que ses paroles soient jugées ou confirmées par la Parole écrite de Dieu. Il est mieux de rejeter cette prophétie immédiatement car même si la parole est bonne et qu’elle procure beaucoup de joie, il est avantageux de ne pas recevoir une chose qui n’est pas d’accord avec la Parole de Dieu.

Le vrai homme de Dieu accepte un tel jugement. L’Esprit de Christ en une telle personne la rend « pacifique, modérée, conciliante » (Ja.3 :17).

Un tel individu est toujours prêt à accepter qu’il ne soit pas parfait dans la chair et qu’il ne soit pas infaillible. Nous n’avons qu’une connaissance partielle et nous prophétisons en partie seulement.

 

 


J. Conclusion

Ne méprisons pas et n’ignorons pas cette importante opération de l’Esprit de Dieu mais soyons rusés. Nous ne devons pas créer de la controverse ou des querelles ; mais nous ne devons pas non plus accepter sans confirmation toutes les déclarations qui prétendent être en provenance de la parole infaillible de Dieu.

Ne permettez à aucune personne de prendre autorité sur vous, en vous disant : « Ainsi dit le Seigneur ! ». Si Dieu a parlé, Il a parlé, vous n’avez pas besoin de passer au combat pour le prouver. Et si Dieu n’a pas parlé, le fait de dire : « Ainsi dit le Seigneur », ne forcera pas à accomplir une chose contre Sa volonté.

Alors soyons sages et humbles, cherchant à glorifier notre Dieu. Nous ne devons pas mépriser les prophéties ni les ignorer. Jouissons des grandes bénédictions et de la puissance du Saint-Esprit. Avec humilité, « … tendons à ce qui est parfait… » (He. 6 :1).

V. Conseils pratiques

 

Ces conseils permettent d’avoir un cadre clair pour développer le don de prophétie. Tout n’est pas à prendre à la lettre dans chaque réunion publique, mais c’est plutôt une aide concrète. Cette liste n’est pas exhaustive.

 

1. Je me dispose à écouter Dieu parler, comme Samuel. Je fais ce choix avant même de me rendre à une réunion.

 

2. Avant d’exprimer publiquement une prophétie, je la soumets aux trois critères de

1 Cor. 14 : 3. « Edifie, Exhorte, Console… »

3. En exprimant une pensée prophétique, je garde en mémoire que l’amour est le fil conducteur.

 

4. La prophétie est partielle, j’accepte d’être corrigé (sens biblique de juger une prophétie :

1 Cor. 14 :29 « Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent » C’est ainsi que l’on grandit dans la maturité et que le don s’affine.

 

5. Si je donne une prophétie, j’accepte que tout ne soit pas retenu de ma prophétie. La parole donne cette consigne de ne retenir que ce qui est bon.1Thessaloniciens 5 :20-21 « Ne méprisez pas les prophéties.  Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon »

 

6. La prophétie n’est pas un moyen pour exprimer mes convictions personnelles ou mes enseignements favoris ! Je suis censé parler de la part de Dieu, pas de la mienne !

 

7. Si c’est possible j’écris la prophétie avant de la donner, cela peut aider à ne dire que l’essentiel. On gagne à donner du « concentré » de prophétie plutôt que des prophéties trop diluées…

 

8. Si je reçois une parole directionnelle pour l’assemblée ou une personne, je la soumets aux pasteurs ou aux anciens, pour éviter les malentendus ou les manipulations ; s’ils n’en font rien, ce n’est pas grave, le principe de confession est très important, et j’aurai fait ma part.

 

9. Je n’accepte pas que quelqu’un me donne une parole personnelle sans la présence d’un responsable ou un témoin. Si je conteste ce principe, c’est peut-être parce que j’ai quelque chose à cacher…

 

10. Il n’est pas nécessaire de commencer par : « ainsi dit le Seigneur… ». Il suffit de parler simplement.

 

11. Je ne change pas de voix, je ne prends pas une attitude particulière pour délivrer une prophétie. On parle ici de l’état d’esprit plutôt que de la forme.

 

12. Je me laisse façonner par les messages que je reçois ; parfois, je rumine et je digère la parole avant de la donner : d’autres fois, je me laisse travailler par elle après l’avoir transmise.

 

13. J’apprends à discerner si la parole est à communiquer publiquement ou si elle me concerne.